Mange, prie, aime [PopCorn]

Trente six ans, pas encore la crise de la quarantaine mais depuis deux ans maintenant j’ai l’impression d’être à une période charnière de ma vie. Une période de changement qui amène un certain questionnement. Une amie m’a conseillé Mange Prie Aime d’Elizabeth Gilbert. J’ai vu le film il y a quelques années. Il ne m’a pas laissé un souvenir impérissable mais je me suis dit, pourquoi pas…

mange prie aime

Il faut dire que de prime abord j’étais peu motivée pour me plonger dans ce livre car j’avais un peu peur du côté « j’ai fait un voyage dans un ashram en Inde, ça m’a tourneboulée! Tu reprends un jus de papaye avec moi? »

Mange Prie Aime: le pourquoi du comment

Les premiers chapitres m’ont embarquée sans que je m’en rende compte. Pourquoi? Parce qu’il y a beaucoup de chapitres que j’aurais pu écrire. Clairement pas pour les mêmes raisons que celles évoquées par Elizabeth, mais je me suis reconnue dans le malaise qu’elle ressent et qui l’a poussée à faire ce voyage extraordinaire. Sa démarche a fait écho à une phrase que mon psy m’a dite il y a quelques temps: c’est dans l’inconfort que l’on avance. Je ne suis pas partie au bout du monde mais j’ai plaqué un boulot sûr dans une grosse boîte pour monter ma boutique. Niveau risque je crois que ça se vaut.

Mange Prie Aime: en Italie

Première escale du voyage de l’auteur et ma préférée. Elle est clairement la plus concrète des trois parties. C’est peut-être pour ça. Je ne suis pourtant pas si cartésienne (enfin je crois). L’amour des pâtes, des pizzas, de l’accent italien et des beaux italiens qui vont avec n’y sont sans doute pas étrangers.

Mange Prie Aime: en Inde

Ce qui devait arriver arriva… Cette partie m’a perdue. Je n’ai pas accroché à  cette quête spirituelle, à cette vie dans l’ashram et aux méditations perpétuelles. Dans ma vie j’ai besoin d’être dans l’action. Pas à tout prix, pas de façon irréfléchie, mais je ne me vois pas passer mes journées dans le silence ou à répéter un phrase de trois mots en sanscrit. Je dois être plus terre à terre que je ne le pense.

Mange Prie Aime: en Indonésie

A Bali Elizabeth rencontre l’amour et l’amitié. Pour moi cette dernière partie se rapproche de la première car l’auteure se mêle vraiment aux Balinais. Pour moi ce sont ces rencontres humaines et cette découverte d’un mode de vie étranger qui font vraiment l’intérêt du voyage.

Mange Prie Aime: au final

J’ai aimé l’histoire de ce voyage qui a mené l’auteure au bout du monde pour finalement mieux se connaître elle même. De plus la narration de Catherine Creux était tout à fait adaptée et son ton était juste. Depuis je me demande, si je devais partir pour un voyage de ce type, où irais-je? Que souhaiterais-je apprendre pour mieux me connaître? Je n’ai pas encore répondu à cette question…

Et toi, tu l’as lu? Et si tu faisais un tel voyage, tu irais où?

Rendez-vous sur Hellocoton !

One Comment on “Mange, prie, aime [PopCorn]”

  1. J’ai bien aimé le livre mais je ne crois pas avoir vu le film (ou sinon il ne m’a pas laissé un grand souvenir!).
    Bisettes

Laisse moi un petit mot :)

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.