Ce corps que je ne reconnais plus

J’ai toujours été grande, relativement mince et depuis quelques années assez sportive.

Avec mon arrivée en région parisienne, et donc ma prise d’indépendance, j’avais pris quelques kilos. Avec Jiminy on mangeait bien mais pas toujours léger. Humpf…

Pendant ma première grossesse j’avais pris pas mal de poids. 17 kilos pour être exacte. Il faut dire que je n’ai pas spécialement fait attention et que les 10 semaines d’alitement n’ont pas vraiment aidé. Mais après la naissance j’ai réussi à retrouver ma taille « de jeune fille » en perdant les kilos de grossesse plus ceux qui s’étaient incrustés à mon arrivé à Paris.

Pour Poupette je suis restée beaucoup légère, je n’ai pris que 12 kilos. Pourtant je n’ai pas eu une grossesse spécialement active car la peur d’une nouvelle menace d’accouchement prématurée, et la naissance d’une nouvelle crevette ne m’a pas quittée.

Injustice ultime, à la sortie de la maternité je rentrais dans mes jeans et je n’avais que 5 petits kilos à perdre. Easy, oui mais…

Mes années au travail avant mes grossesses n’avaient pas été roses, mais mon retour de congé maternité en a été l’apothéose. Déjà fragilisée, gérer le stress du boulot au quotidien est devenu vraiment compliqué.

J’allais travailler sans savoir ce qui allait me tomber sur le coin du nez mais en sachant ce que je trouverai dans le tiroir de mon bureau. Bonbons et barres chocolatées sont devenus mes meilleurs amis. Sans parler des sandwichs avalés devant mon écran à midi. Les kilos ont commencé à faire leur retour (les médicaments nécessaires pour supporter la situation n’ont pas dû aider).

Ce n’était pas faute de sport car je m’étais inscrite à la salle de sport de ma tour à La Défense pour courir sur un tapis (comme un hamster) à la pause déj, je courrais parfois dans le bois le week-end et je faisais aussi de la gym suédoise. Mais rien à faire.

Puis, suite à des examens faits à cause de douleur persistante, on a découvert que j’avais un problème de cartilage au genou droit. J’ai eu droit à des séances de kiné et à une injection d’acide hyaluronique. L’orthopédiste que j’ai consulté m’avais demandé de perdre 3 kilos pour pouvoir faire les 20km de Paris. Car oui, ma prise de poids est clairement une des causes de l’usure de mon genou…

J’ai couru les 20km  de Paris sans avoir réussi à perdre les kilos demandés. Et en terminant avec une douleur assez atroce qui m’a clairement handicapée sur les trois derniers kilomètres. Sans compter que j’ai mis plusieurs jours à m’en remettre. Le runner est idiot parfois…

A l’époque j’étais à +10kg par rapport à mon poids avant/après grossesse de Poupette.

Depuis j’en ai pris 6 de plus. En tout je suis donc à une prise de poids de  +16.

Toutes mes tentatives d’allègement sont restées vaines. J’ai tenté de refaire le célèbre régime à points (que j’avais fait avec succès après mes grossesses). J’ai tenté les substituts de repas. Le konjac. La sophrologie (pas seulement pour perdre du poids). Etc… rien ne semble fonctionner. Même si parfois la sensation de faim ne me quittais pas de la journée (je sais, c’est très loin d’être une bonne idée). C’est désespérant.

Aujourd’hui j’avoue avoir vraiment du mal avec mon image. Je ne rentre plus dans mes vêtements, sauf ceux qui sont ultra élastiques. M’habiller est devenu un calvaire. J’ai ce que j’appelle la « bouée du stress » une jolie bouée abdominale dont j’ai lu qu’elle était favorisée par le cortisol secrété en cas de stress. Des plis sur le ventre. L’impression d’avoir le ventre d’une femme enceinte de 5 mois et des bras énormes. Autant te dire que je n’attendais pas vraiment l’été avec impatience cette année.

J’avoue que je pensais que, si ce n’est rentrer dans l’ordre, au moins les choses s’arrangeraient après le départ de ma tour de verre il y a deux ans.

Il y a quelques semaines j’avais mis en place une routine sportive de 10 minutes chaque matin. J’essaye de faire attention à ce que je mange (petite fierté, je n’ai pas pris de poids pendant mes deux semaines de vacances en juillet).

J’essaye d’être indulgente avec moi-même mais là je n’y arrive plus et c’est un cercle vicieux. Car moins mes efforts donnent de résultats moins j’ai envie d’en faire et donc plus je me sens mal. J’imagine que c’est assez humain.

J’ai de nouveau deux semaines de vacances à la fin de la semaine, je me dit que c’est peut-être l’occasion d’essayer de vraiment me bouger. D’essayer de perdre si ce ne sont quelques kilos, au moins quelques grammes pour ne plus sentir la transpiration dans des plis que je n’avais pas avant.

Si tu as des techniques, des trucs, des astuces auxquelles je n’aurais pas pensé, je prends! Je sais que l’important est de se plaire à soi-même et de s’accepter mais aujourd’hui je n’y arrive pas avec ce corps que je ne reconnais plus.

Rendez-vous sur Hellocoton !

4 Comments on “Ce corps que je ne reconnais plus”

  1. Soigner l’esprit avant de t’occuper de ta balance…
    Je suis pas une experte mais je pense que tu as trop en tête depuis trop d’années pour pouvoir te focaliser sur ta perte de poids.
    J’espère que tes futurs projets te permettront de t’apaiser et de pouvoir te concentrer sur toi ❤️❤️❤️❤️

  2. Cc très beau texte, tout le monde peut se reconnaître !
    Les kilos émotionnels partiront quand dans ta tête tout sera aligné comme une évidence
    En attendant mange uniquement qd tu as faim va à l encontre de tous les principes mange uniquement qd tu as la sensation de faim
    Et évite de manger qd tu as peur qd les filles te font péter les plombs …..
    Fais un bilan sanguin pour la tyroide on ne sais jamais ….
    Bref ….Un combat de tous les jours j en connais qq chose ! 🙂 🙂 🙂
    Apprendre à manger sain et équilibrée et reconnaître qd on arrive à satiété …. sur les réseaux sociaux Bcp de personnes à suivre….
    Ex comment j ai changé de vie …..
    Plein de bisous et merci à toi
    Charlotte

  3. Les kilos sont une enveloppe, une barrière, une protection. Comme dit dans les précédents commentaires je pense que le corps ira mieux quand l’esprit trouvera l’apaisement. Je t’embrasse ❤

  4. Coucou lauriane, je me retrouve énormément dans ton texte, je crois que j’en suis au même point que toi. Je suis d’accord avec les analyses ici qui disent que quand la tête va mieux, le corps suivra. Je soutiens à 100% cette théorie mais je pense tout autant que l’inverse est vrai, quand tu te sentiras mieux dans ton corps, ta tête suivra mieux. Et en plus nos théories ne t’aident pas au quotidien. Peut être une idée folle mais pourquoi pas rassembler des mamans, des femmes, des gens qui ge suivent pour créer un compte apart sur IG et se co-motiver? Moi je te suis direct!!!! On pourrait partager des recettes, nos challenges, nos réussites, nos échecs, tout ca au quasi-quotidien. Peut etre le dernier coup de pouce dont tu as besoin? Moi indéniablement ça m’aiderait beaucoup ❤️

Laisse moi un petit mot :)

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.