Et si finalement je tirais à pile ou face?

En ce moment beaucoup de questions se bousculent dans ma tête.

Et c’est un joli sac de nœuds… J’essaye d’analyser, de faire des listes de pour, de contre, des matchs imaginaires entre les différentes possibilités. Quel que soit le résultat, la peur de faire le mauvais choix l’emporte. De prendre une décision qui affectera forcément ma famille.

Mais me dire que cette décision pourrait aussi être pour le meilleur. Tu vois le petit ange et le petit diable qui, posés sur leurs épaules, rendent les personnages de dessin animés fous? C’est un peu la même chose.

Le truc, parce qu’il y a toujours un truc, c’est qu’en l’occurrence si on pose tous les paramètres de façon froide et scientifique, la décision semble facile à prendre. Mais certains paramètre compliquent tout de même ce schéma, sinon ce serait trop simple.

Je pourrais finalement décider le statu quo.

Mais ne pas choisir est encore choisir comme disait Jean-Paul Sartre. Au cas où je m’ennuie voilà encore un peu de matière pour m’occuper les méninges tiens.

Je pourrais choisir de reporter ma réflexion à plus tard. Mais les éléments de réflexions seront sûrement à peu de chose près les mêmes à l’exception de l’un d’entre eux et qui est de taille.

Bref… Je n’ai pas fini de me faire des nœuds au cerveau.

Cet après-midi nous partons pour quelques jours de vacances en famille en Ecosse. Je n’espère pas revenir avec LA solution, j’espère juste déconnecter un peu. Me mettre un peu en pause.

Le cerveau que vous avez demandé n’est pas disponible actuellement.

Ce n’est pas gagné. Quand je n’arrive pas à m’endormir je compte. Je multiplie, divise, ajoute et retranche. Je compte. Tu vois le sketch de Florence Forresti sur les blondes avec celle qui compte les gens dans une pièce? Et bien il aurait pu être écrit pour moi. Autant te dire que mes petites cellules grises ne sont pas vraiment habituées au vrai repos.

Rendez-vous sur Hellocoton !

Laisse moi un petit mot :)