Les joies subtiles de la maternité

Ces derniers temps, j’ai été assez absente du blog, mais avec la rentrée je vais essayer de prendre de bonnes résolutions en étant plus régulière, promis !ane en culotte

port de la rochelle

Les photos n’ont pas grand chose à voir avec le propos quoique… ça explique un peu pourquoi j’ai été distraite, non ?

Les vacances de cet été ont été, entre autre, l’occasion pour la Chouquette de redécouvrir les joies de la plage et pour nous de constater sa rapidité d’apprentissage, pour un truc qui lui sera utile chaque jour…

Pique-nique à la plage avec une bande copains qu’y a t il de plus drôle qu’un concours de ricochets ?

Rien, sauf quand une Chouquette de deux ans et demi trouve ça super drôle de jeter des cailloux mais trouve ça un peu idiot de ne prendre que les petits et de les jeter dans l’eau…

Les fois suivantes, sur des plages bondées il a fallu être bien vigilants pour que notre fille ne se transforme pas en tueuse de masse !

La voir chaque jour évoluer, progresser, est quelque chose de merveilleux. Elle fait maintenant des phrases construites qui permettent d’avoir de vraies conversations. Certes parfois le sujet et les réponses sont un peu ésotériques mais ce n’est pas bien grave.

Ca c’est pour la part la plus gratifiante, presque Bisounours de l’expérience de maman.

Mais parfois, il faut bien l’avouer, je croirai la Chouquette tout droit sortie de L’Exorciste ! (ou des Gremlins, au choix) Heureusement jusqu’ici je n’ai jamais vu sa tête faire de tour complet et elle n’a pas encore fait de remarque sur les loisirs de ma mère.

Même les nounous de la crèche m’ont dit qu’elle avait son petit caractère, ça promet !

Bon, dans le même temps elles me disent aussi qu’elle a des réactions qui leur font penser à une enfant de 5 ou 6 ans, Fierté !!

Comme le disait la maman de Forrest Gump : « la vie est comme une boîte de chocolats, on ne sait jamais sur quoi on va tomber », elle aurait pu ajouter : surtout quand on a des enfants.

Et en même temps c’est aussi ce qui est intéressant, avoir une enfant lisse, toujours égale serait d’un ennui mortel.

On se ferait moins remarquer dans le parc par les personnes d’un certain âge qui grommellent au premier petit hurlement un samedi après-midi ensoleillé du mois de septembre, on ne savourerai pas le plaisir de voir un autre parent se débattre avec son monstre quand le notre est calme, d’ouvrir un blog pour raconter ses péripéties…

Bref, ça doit être pour toutes ces raisons que, malgré la perte de quelques dixième d’audition, l’érosion certaine de notre capital patience, la réduction dramatique de nos heures de sommeil, la redécoration de notre intérieur, nous avons décidé d’avoir un deuxième humain miniature !

L’heureux événement (film très sympa que j’ai vu cette semaine sur Canal) est attendu fin mars, petit frère ou petite sœur le mystère va rester entier, j’aime être un Kinder Surprise.

Mon grand défi dans les mois à venir ? Ne pas avoir à rester couchée pendant deux mois et mener Numérobis à un peu plus de 35 semaines.

Tout un programme !

Rendez-vous sur Hellocoton !

5 Comments on “Les joies subtiles de la maternité”

  1. Oh La Rochelle, les ânes de l’Ile de Ré, je connais bien : la famille du côté de ma Maman est de là bas et j’y ai toujours passé mes vacances d’été ! D’ailleurs, on y part tout à l’heure pour 10 jours avec comme challenge de ne pas se faire griller ,notamment avec mes nouvelles règles de vie alimentaires 🙂
    Je savoure tes posts les uns après les autres, je peux commencer à me mettre en condition gtâce à toi !!!

    1. Avec mon mari nous sommes rochelais, on rentre à chaque fois qu’on peut. D’ailleurs on y va pour présenter Poupette pendant le week-end du 8 mai 🙂 Je suis très contente que mes articles te plaisent!! Pour ce qui est de ne pas se faire griller, courage parce que c’est clair que c’est pas évident. Moi c’est ce qui m’a fait craquer l’été dernier.

Laisse moi un petit mot :)

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.