J’adopte la positive attitude! (enfin j’essaye…)

Tu l’auras sûrement remarqué, pour le titre j’ai emprunté les mots d’une légende de la chanson française de Lorie. Maintenant tu as la chanson dans la tête? Ne me remercie pas, c’est cadeau!

Je suis anxieuse par nature. Un exemple parmi d’autres, dans la semaine qui a suivie mon entrée en sixième j’ai annoncé à ma mère que je n’aurais jamais mon bac. Oui oui, à dix ans j’étais persuadée que je n’aurais jamais un examen que je ne passerais que six ans plus tard.

Je suis aussi une nostalgique chronique. La Rochelle me manque, ma ville, mon océan, le vent, les tempêtes, le lieu où j’ai grandit. Tout ça me manque tellement.

Une de mes autres caractéristiques est de déborder de confiance en moi [Ironie Inside]. Et autant te dire que de passer presque dix ans à me sentir comme la dernière des merdes au boulot n’a pas vraiment aidé.

Mais je fais un gros travail pour améliorer tout ça. Et j’ai décidé d’être plus positive! Pour y arriver, j’essaye de réfléchir à ce que je dirais à une personne dans la même situation que moi, de prendre de la distance pour gagner en objectivité.

positive

Bon, niveau anxiété je dois avouer que je n’ai pas encore trouvé de vraie astuce. Mon frangin dit souvent que j’ai toujours deux coups d’avance, dit comme ça c’est tout de suite plus positif que « arrête de te fabriquer un ulcère en pensant à des trucs qui ne sont pas encore arrivés » (et dont on n’est pas sûrs qu’ils arrivent). Je ne suis pas angoissée, je suis prévoyante, et pour être prête, quoi de mieux que d’envisager le pire? 😉

Pour la confiance en moi, c’est compliqué aussi. Plutôt que de me considérer comme celle qui a subit ses neuf années passées dans une grande entreprise, je me dis que finalement c’est plutôt bon signe que je ne me sois pas adaptée à cet environnement. Bon, il faut reconnaître que mon compte en banque n’est pas tout à fait du même avis que moi, mais intéressement, participation, treizième mois, tout ça c’est surfait en fait, non? Je me dis que je suis celle qui a refusé le « ben oui mais c’est comme ça », qui a pris le pari de croire en son projet, d’essayer autre chose. Que ces derniers mois, seule, j’ai monté ma petite boîte à moi. Que MonPtitProjet a vu le jour et que c’est assez extraordinaire même si je ne suis pas encore sortie des ronces…

Enfin, concernant la nostalgie, je change d’angle d’attaque. Plutôt que de regretter j’essaye de penser à la chance que j’ai d’avoir vécu ces moments. Et puis, même si ce n’est pas demain, un jour je rentrerai près de mon océan. Un jour je pourrai remettre mes meubles dans l’appartement qui m’a vu grandir, j’aurai de nouveau cette vue sur la ville que j’aime tant. Et puis en étant loin j’ai la chance de pouvoir rentrer, si j’y étais tout le temps, où aurais-je envie d’aller pour m’évader?

Alors voilà, ce n’est pas grand chose et pourtant je n’y arrive pas tout le temps, loin de là. Souvent je me demande Pourquoi? le GRAND pourquoi: pourquoi on fait tout ça, pourquoi tout est compliqué, pourquoi…

Mais j’essaye. La positivité c’est peut-être comme un muscle qu’il faut entraîner (mon côté moins positif dirait que c’est plutôt comme la méthode Coué, il faut le répéter pour s’en convaincre).

Bonjour, je suis L j’ai 35 ans, Maman de deux poupées parfaites (quoiqu’un peu reloux parfois), qui à plaqué un boulot qui ne lui convenait pas pour devenir entrepreneur, je vis en région parisienne mais un jour je retournerai vivre chez elle à La Rochelle!

Bonjour L…

Et toi? Verre plutôt à moitié plein ou à moitié vide? Tu as des trucs? Ça m’intéresse!

Rendez-vous sur Hellocoton !

Comments

comments