Ils se marièrent (mais n’eurent que deux enfants)

Ils se marièrent et eurent beaucoup d’enfants… Tout le monde connaît cette phrase.

Personnellement je nuancerais un petit peu: Ils eurent deux enfants et finalement se marièrent .

Jiminy est entré dans ma vie un certain 27 décembre 2000. Nous avons passé la soirée à débattre du sens de Morphée de FFF. Depuis on ne s’est plus quittés.

Chacun issus de parents divorcés (pour ma part mes grands-parents l’étaient aussi) le mariage n’a jamais été dans nos priorités. L’union, civile et/ou religieuse, ne semble pas être gage de happy end.

Et puis le tourbillon de la vie (décidément que de références musicales!).

Fin des études. Concours. Emménagement à Paris. Intérim. CDI. Achat d’un appartement. Première Poupée. Travaux à l’hôtel de ville de La Rochelle. Puis deuxième poupée. Incendie à l’hôtel de ville de La Rochelle. Mariage à New-York. Retour à La Rochelle. Fin des travaux à l’hôtel de ville.

Il y a une certaine logique finalement dans l’enchaînement de ces événements. Non?

Et puis voilà 2020 et toutes les planètes semblent s’aligner: nous sommes de retour dans notre ville avec notre petite famille et l’Hôtel de ville est rénové et rouvert aux cérémonies.

Donc…

Déjà mariés à New-York, nous avions bien pris soin de ne pas faire retranscrire cette union en France afin de pouvoir faire une nouvelle cérémonie entourés de notre famille et de quelques amis proches. Après I do, nous nous dirons donc Oui, à La Rochelle, en juin!

J’avais toujours entendu qu’il fallait des mois pour préparer un mariage. Alors soit j’ai oublié des trucs, ce qui est possible, soit je douée (auto congratulation ON) parce que tout a été bouclé en quelques semaines.

Par chance la date que nous voulions était disponible à la Mairie. Et ça c’était le plus important sinon je pense que nous aurions attendu encore un an. Cela aurait été l’occasion de fêter nos vingt ans.

Nous avons hésité pour le lieu de la réception et finalement le choix a été assez évident. Situation parfaite, au coeur de la ville, facile d’accès et au bord de l’eau. Que demander de plus?

Nous avons obligation de passer par le traiteur de la salle. Cela m’arrange finalement, pas besoin d’hésiter pendant des semaines entre différents prestataires. Et les menus ont l’air délicieux!

J’ai trouvé les robes de filles. Par chance j’ai trouvé deux robes quasi identiques, à leurs tailles respectives, sur Vinted à un prix plus qu’abordable. J’avoue que je n’avais pas très envie de mettre une fortune dans des robes qu’elles ne porteront qu’une fois et qui, comme je n’ai pas envie de passer ma journée à leur dire de faire attention, risquent d’être en piteux état le lendemain.

Elles seront de superbes petites demoiselles d’honneur. Comme le voulait Jiminy qui rêvait que ses enfants assistent à son mariage.

J’ai créé moi-même les faire part et nous avons également fait personnaliser nos timbres sur le site de La Poste. De quoi avoir exactement ce qui nous correspond.

Reste un point, que dis-je LE point: ma robe. J’avoue que l’idée d’être le centre d’attention est peut-être ce qui me ferait hésiter à me marier autrement qu’en comité restreint comme à New-York. Mais pour le coup j’ai encore quelques mois pour travailler ce point.

Cela risque de ne pas être facile donc autant mettre toutes les chances de mon côté en ayant une robe que j’aime et que j’assume complètement.

Ne trouvant LA robe que dans une ancienne collection d’une marque espagnole, j’ai contacté une couturière et m’offre le luxe de me faire faire ma robe sur mesure. C’est un budget certes, mais finalement pas beaucoup plus cher qu’une robe en boutique.

J’avoue que j’aime bien cette phase d’échange avec la couturière au sujet des matières, des accessoires, de la coupe… Nous avons rendez-vous en mars pour la prise des mensuration afin qu’elle puisse commencer à travailler.

Au final tout s’est enchaîné assez facilement. Tout? Non ce serait trop simple.

Le plus dur au final a été d’établir la liste des invités. En effet, suite à des événements familiaux dont j’ai déjà parlé, la présence de personnes qui il y a dix-huit mois auraient été en haut de la liste n’est plus si évidente. Nous avons décidé de nous marier fin novembre et jusqu’à ce matin que je glisse les enveloppes contenant les faire-parts dans la boîte aux lettres je n’étais pas sûre de mon choix… (le suis-je vraiment d’ailleurs?)

Si je les invite vont ils venir? Ai-je vraiment envie qu’ils viennent? Faire ce qui est bien? Mais bien pour qui? Une chose est sûre si invitation il y a, elle ne vaut pas pardon.

Bref…

Il me reste également à trouver une photographe et à boucler quelques idées pour la déco. En suite j’ai envie de dire Yapluka dire Oui. Et en juin j’aurai le même nom de famille que mes poupées et celui que j’appelle déjà mon « mari » depuis bien longtemps.

Des conseils? Astuces? Des trucs à ne surtout pas oublier? Je prends toutes les idées.


Pour ne rien rater, abonnez-vous à la newsletter!

Nous gardons vos données privées et ne les partageons qu’avec les tierces parties qui rendent ce service possible. Lire notre politique de confidentialité.